Aller au contenu principal

Walken, Christopher (1943-....)

Contents


Biographie

Jeunesse et débuts

Né Ronald Walken à Astoria, dans le quartier de Queens à New York, il est le fils de Rosalie Russell, immigrante écossaise, et de Paul Walken, d'origine allemande, qui tiennent une boulangerie. Il fait, avec ses frères Kenneth et Glenn, plusieurs apparitions dans des séries télévisées alors qu'il est âgé d'une dizaine d'années. Il prend des cours de danse et étudie à la {{lang}}.

Il entame des études supérieures à l'université Hofstra mais les abandonne dès la première année, en 1963, préférant se consacrer à sa passion pour la scène. D'abord comédien de théâtre et de comédie musicale, il joue dans de nombreuses pièces à Broadway et Off-Broadway du milieu des années 1960 au début des années 1970 et change son prénom de Ronald en Christopher au début de sa carrière. En 1966, il obtient son premier grand rôle en interprétant Philippe Auguste dans {{lang}}, rôle pour lequel il reçoit le Clarence Derwent Award. En 1969, il épouse Georgianne Thon, une actrice qui se reconvertit plus tard en directrice de casting.

Carrière

Années 1970

Christopher Walken commence sa carrière cinématographique en jouant un second rôle dans Le Dossier Anderson de Sidney Lumet (1971), face à Sean Connery. Il se révèle au grand public en 1977 avec une apparition courte mais mémorable dans Annie Hall de Woody Allen, dans lequel il interprète Duane Hall, le frère excentrique et névrosé du personnage titre. Il est en lice pour jouer le personnage de Han Solo dans {{lang}} mais le rôle échoit finalement à Harrison Ford.

En 1978, il devient célèbre avec son rôle de jeune ouvrier psychologiquement détruit par la guerre du Viêt Nam dans Voyage au bout de l'enfer, de Michael Cimino, où sa scène de la roulette russe avec Robert De Niro est devenue culte. À la fin du tournage, il se nourrit exclusivement de bananes, d'eau et de riz pour prendre l'aspect décharné de son personnage à la fin du film. Il remporte pour son interprétation l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle.

Années 1980

Christopher Walken au théâtre en 1984.

En 1980, il retrouve Michael Cimino pour La Porte du paradis mais le film, éreinté par la critique, est un cuisant échec commercial. Il a ensuite le premier rôle, un mercenaire, dans Les Chiens de guerre (1981), et surprend le public avec son numéro de claquettes doublé d'un striptease dans la comédie musicale Tout l'or du ciel (1981). Il partage ensuite la vedette de {{lang}} avec Natalie Wood mais l'actrice meurt noyée juste avant la fin du tournage, en 1981, alors qu'elle a invité Walken à passer Thanksgiving avec elle et son mari à bord de leur yacht. {{lang}} sort en 1983 et, la même année, Walken offre une interprétation très remarquée dans le rôle principal de {{lang}} de David Cronenberg, adapté du roman de Stephen King.

Il accepte aussi bien les seconds rôles que les premiers, son physique particulier l'oriente vers les rôles de « durs » et de méchants, notamment dans les films Dangereusement vôtre de John Glen (1985), un James Bond où il interprète Max Zorin, un industriel follement mégalomane, et Comme un chien enragé de James Foley (1986), où il joue le père de Sean Penn, un cruel chef de gang. À la fin des années 1980, ses rôles sont moins marquants mais il a toutefois l'occasion de démontrer une nouvelle fois ses talents de danseur dans la comédie musicale {{lang}} (1988), où il joue le rôle du chat botté.

Années 1990

Au cours des années 1990, il collabore à plusieurs reprises aux films de son ami Abel Ferrara : il interprète Frank White, un baron de la drogue récemment relâché de prison qui veut récupérer son territoire dans The King of New York (1990), puis joue dans {{lang}} (1995), Nos funérailles (1996) et {{lang}} (1998). En 1992, il interprète deux nouveaux rôles de « méchants » : le milliardaire Max Schreck dans Batman, le défi de Tim Burton, et le baron de la drogue Paco Meisner dans le film français Le Grand Pardon 2 d'Alexandre Arcady avec Richard Berry et Roger Hanin.

Il joue le rôle d'un producteur sans scrupule dans Wayne's World 2 (1993), puis fait deux apparitions marquantes pour une seule scène dans {{lang}} (1993), où il joue un parrain de la mafia tentant d'arracher des informations à Dennis Hopper, et dans {{lang}} (1994), où il incarne un militaire qui raconte au jeune Butch Coolidge l'histoire de la montre familiale qu'il est venu lui remettre. Son personnage de Vincenzo Coccotti dans {{lang}} figure à la {{nobr}} du classement des 100 meilleurs personnages de films, établi par le magazine {{lang}}.

{{lien}} et Christopher Walken sur le tournage de Remake, Rome ville ouverte (1996).

En 1995, il écrit et joue le rôle principal de la pièce de théâtre {{lang}}, qui a pour thème la vie après la mort d'Elvis Presley, sa première idole de jeunesse. Il explore le genre de l'horreur dans {{lang}} (1995) en incarnant le renégat archange Gabriel, rôle qu'il reprendra dans deux suites données au film, avant de s'opposer à Johnny Depp dans Meurtre en suspens (1995). Il enchaîne les rôles de criminels, affrontant notamment Bruce Willis dans Dernier Recours (1996), et interprétant un parrain de la mafia qui s'est apparemment rangé dans {{lang}} (1997). Il retrouve Tim Burton dans {{lang}} (1999), où il campe l'étonnant personnage du cavalier sans tête.

Années 2000 et 2010

En 2000, il fait son retour à Broadway dans la comédie musicale {{lang}}, pour laquelle il est nommé au Tony Award du meilleur acteur. En 2001, il montre une fois encore ses talents de danseur dans le clip de la chanson de Fatboy Slim, {{lang}}, réalisé par Spike Jonze. Il apparaît aussi dans des comédies, un registre qu'il n'a pas souvent abordé jusqu'alors, avec Première sortie (1999), Couple de stars (2001) et L'Amour, six pieds sous terre (2002).

En 2002, son interprétation très remarquée du père du personnage principal joué par Leonardo DiCaprio dans Arrête-moi si tu peux, sous la direction de Steven Spielberg, lui vaut d'être nommé à l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle, et de remporter le British Academy Film Award du meilleur acteur dans un second rôle et le Screen Actors Guild Award du meilleur acteur dans un second rôle.

Il accumule ensuite les seconds rôles en faisant des choix plus ou moins heureux. En 2004, il apparaît dans {{lang}} avec Denzel Washington, avant d'incarner le mari-robot adoré de Glenn Close pour le film de Frank Oz, Et l'homme créa la femme. Il joue ensuite dans plusieurs comédies qui connaissent le succès au box-office, Serial noceurs (2005), Click (2006) et {{lang}} (2007), où il chante et danse avec John Travolta.

Il retrouve le théâtre en 2010 avec la pièce {{lang}} pour laquelle il est nommé au Tony Award du meilleur acteur. Il continue à tourner dans beaucoup de films au début des années 2010. On le retrouve ainsi notamment dans Sept psychopathes (2012), comédie de gangsters dans laquelle son interprétation est saluée par la critique, puis retrouve un rôle de parrain de la mafia dans {{lang}} (2014), film biographique de Clint Eastwood sur {{lang}}.

Il tient le rôle du capitaine Crochet dans une adaptation musicale de Peter Pan diffusée en live sur NBC en décembre 2014.

Vie privée

En 1969, Christopher Walken épouse Georgianne Thon, une actrice reconvertie plus tard en directrice de casting. Il est toujours marié avec elle, plus de quarante ans plus tard. Le couple vit à Wilton, dans le Connecticut, et n'a jamais eu d'enfants, Walken expliquant à ce sujet que le fait de n'avoir ni enfant, ni hobby est la principale raison pour laquelle il refuse rarement un rôle.

En 2006, un canular circule sur internet selon lequel l'acteur aurait décidé de se présenter à l'élection présidentielle américaine de 2008. Un faux site officiel relaie ce canular.