Aller au contenu principal

Kirby, Jack (1917-1994)

Contents


Biographie

Premières années

Jacob Kurtzberg naît le 28 août 1917 dans une famille d'origine juive émigrée d'Autriche. Son père, Benjamin Kurtzberg, a dû fuir son pays natal pour échapper à un duel et il se retrouve dans le quartier new-yorkais du {{Lang}}, travaillant comme tailleur dans une usine. La famille, composé de Benjamin, de sa femme Rose, de Jacob et de son frère David, vit pauvrement dans ce quartier difficile où le jeune Jacob est confronté très tôt à la violence. Les bagarres armées sont monnaie courante et il est arrivé plusieurs fois que Jacob reste inanimé dans la rue. Toutefois, Jacob se différencie des autres enfants qu'il côtoie par son intérêt pour les comic strips comme Dick Tracy et les romans classiques d'aventure (Alexandre Dumas, Jules Verne) ou les pulps.

Il reçoit une éducation religieuse dans une école juive. Dans cet environnement pauvre, la crise de 1929 frappe durement les familles : à l'âge de 14 ans, Jacob est accepté à l'Institut Pratt de Brooklyn pour suivre des cours d'art, mais le jour où il reçoit ses premiers cours, son père est licencié et Jacob doit abandonner l'école et travailler pour aider sa famille{{,}}. Il commence par être livreur de journaux, puis il aide son père dans divers métiers. Par la suite, il trouve une formation et participe à un club de jeune pour lequel il réalise ses premiers dessins publiés dans le journal du club. Passionné par le dessin, Jacob Kurtzberg commence à réaliser des comic strips, signés du nom de Jack Curtiss, pour les proposer à des journaux ; cela est un échec et en 1935, répondant à une petite annonce, il postule un emploi aux studios {{Lang}}{{,}}.

Cet emploi ne lui plaît pas mais en travaillant là comme intervalliste sur les dessins animés de Popeye, il acquiert de l'expérience et il reçoit un salaire régulier. Toutefois, lorsque Fleischer décide de transférer son studio en Floride, Jack Kirby quitte cet emploi et se tourne vers les comic strips en signant un contrat avec le {{Lang}} au début de 1936. Là il produit plusieurs strips sous différents pseudonymes : Brady, Lawrence, Jack Curtiss, Barton, Bob Dart, Curt Davis. En 1938, Jack Kirby propose ses talents à Will Eisner et Jerry Iger qui ont créé depuis peu un studio qui réalise des bandes dessinées pour plusieurs éditeurs. Là, Jack Kirby travaille pendant trois mois sur des planches préparées et parfois encrées par Eisner. Malgré cet engagement, Jack continue à produire un strip et des dessins humoristiques pour le {{Lang}}.

Lorsqu'il quitte les studios d'Eisner et Iger, Jack commence une carrière d'artiste free-lance et en 1939, il réalise ses premières planches destinées à être éditées dans un comic book ; la série s'appelle {{Lang}} et elle est produite pour {{Lang}}. Il faudra cependant attendre mai 1940 pour que cette histoire, signée pour la première fois Jack Kirby, soit publiée dans le comic {{Lang}}.

Simon et Kirby

Entre-temps Jack Kirby a trouvé un emploi chez {{Lang}} où il rencontre Joe Simon. Les deux hommes s'entendent très bien et commencent une collaboration fructueuse qui durera jusqu'après la Seconde Guerre mondiale. Ils décident de former un studio où ils vont produire plusieurs comics.

patriotiques]].

Timely Comics

Leur premier client est l'éditeur {{Lang}}, l’ancêtre de Marvel Comics, pour lequel ils créent une série de héros : {{Lang}}. Simon et Kirby vont aussi créer une série qui connaît immédiatement un immense succès : Captain America qui paraît en décembre 1940. Le {{Lang}} se vend à plus d'un million d'exemplaires ce qui à l'époque n'est pas un chiffre exceptionnel mais montre cependant que la série a de très bonnes ventes.

Encouragés par ce succès, Simon et Kirby continuent dans cette voie des comics patriotiques et créent {{Lang}} qui met en scène Bucky Barnes, le {{Lang}} de Captain America, Toro, le {{Lang}} de {{Lang}} et des adolescents luttant contre des nazis. Toutefois Joe Simon apprend que Martin Goodman ne compte pas respecter le contrat le liant à Kirby et Simon et leur verser ainsi toutes les sommes dues. Simon contacte alors {{Lang}}, qui accepte d'engager les deux artistes avec un salaire double de celui payé par Timely.

National Comics

Ainsi, forts de leur succès, Simon et Kirby vont chez l'éditeur {{Lang}} pour reprendre des séries déjà existantes comme {{Lang}} ou {{Lang}} publiées dans {{Lang}} ou créer de nouveaux {{Lang}} comme {{Lang}} dans {{Lang}} et {{Lang}}. Pour répondre à toutes ces sollicitations Kirby et Simon travaillent très vite (parfois jusqu'à six pages par jour), ce qui leur assure un revenu conséquent et permet à Jack Kirby, le {{date}}, de se marier avec {{Lang}}, surnommée Roz, qui sera son épouse jusqu'au décès de Jack. Quelques semaines après son mariage, Jacob Kurtzberg change officiellement son nom en Jack Kirby.

En 1943, l'association est interrompue car les deux hommes sont appelés à servir sous les drapeaux. En 1944, Jack débarque en Normandie, dix jours après le jour J. Il avance jusqu'en Lorraine, où il participe à la Bataille de Metz, notamment aux combats de Dornot, où les trois quarts des GIs engagés périssent. Gravement malade, il est évacué du front avant la fin des combats et ramené aux États-Unis. En récompense, il reçoit deux médailles militaires.

L'après-guerre

{{Lang}} a été créé par Joe Simon et Jack Kirby. En 1945, Simon et Kirby se retrouvent et reforment leur association. Joe Simon signe un contrat avec l'éditeur Harvey Comics. Les conditions sont très avantageuses pour les deux artistes, comparées à celles que leur propose National. Malheureusement, à cette période, le monde des comics books connaît une crise de surproduction. Les marchands de journaux ne peuvent présenter tous les comics qui paraissent, ce qui les amène à n'accepter que les séries qui connaissent déjà le succès et à renvoyer les nouveautés. Face à cette crise, Harvey dénonce l'arrangement le liant à Kirby et Simon et ceux-ci se retrouvent sans emploi. National Comics accepte de faire travailler Kirby sur {{Lang}} mais la situation financière n'est pas brillante, et cela d'autant plus que Roz a donné naissance à une petite fille, Susan, en décembre 1945.

Heureusement, Joe Simon parvient à signer, à l'été 1946, un accord avec la maison d'édition Crestwood Publications qui produit des livres, des magazines et des comics ; dans ce dernier cas, la dénomination de l'éditeur est alors {{Lang}}. Dans un premier temps, Kirby et Simon s'inspirent des comics qui se vendent bien pour créer leurs œuvres. Ainsi ils proposent {{Lang}} sous-titré {{Lang}} car le comics {{Lang}} est diffusé à plus d'un million d'exemplaires. De même, comme les comics d'humour animaliers connaissent le succès, ils créent {{Lang}}.

romantique]]. Cependant, Kirby et Simon ne se contentent pas de suivre les modes, ils en créent également. Ils inventent un nouveau genre, le comics de romance. En juin 1947 sort le premier numéro de {{Lang}}. Le succès est immédiat ; entre le premier et le troisième numéro le nombre d'exemplaires imprimés est triplé{{,}}. Cela incite Kirby et Simon à créer d'autres comics de ce genre, {{Lang}} en 1949 et {{Lang}} en 1952. Les ventes dépassent à chaque fois le million d'exemplaires{{,}}.

D'autres créations émaillent cette période : {{Lang}} (western), {{Lang}} (paranormal), {{Lang}} (l'interprétation des rêves) et {{Lang}}. Ce dernier relate les aventures d'un super-héros patriotique contre les communistes mais au lieu de traiter cela sérieusement, à partir du deuxième numéro, le comic le fait d'une façon parodique avec des communistes plus ridicules que méchants. Durant cette période Jack et Roz ont deux autres enfants : Neal, né en mai 1948, et Barbara en novembre 1952.

En 1954, Kirby et Simon, bien qu'ils continuent de dessiner des séries pour {{Lang}}, décident de se lancer dans l'auto-édition en créant {{Lang}}. Quatre séries sont lancées : {{Lang}} (western), {{Lang}} (policier), {{Lang}} (romance) et {{Lang}} (guerre). Le moment ne pouvait être plus mal choisi pour voler ainsi de ses propres ailes car les comics sont à cette époque sous l'accusation de pervertir la jeunesse américaine. Une commission sénatoriale est mise en place pour étudier les liens entre les comics et la hausse de la délinquance juvénile. Pour éviter une censure d'état, les éditeurs de comics décident de former la {{Lang}} qui édite le Comics code. La maison d'édition EC Comics ne peut plus, de ce fait, proposer ses comics d'horreur ce qui entraîne la faillite de son distributeur qui se trouve être le même que celui de {{Lang}}. {{Lang}} est obligée de cesser ses activités et est rachetée par {{Lang}}. Kirby et Simon continuent donc de travailler sur ces séries avec ce nouvel éditeur et sur celles qu'ils proposaient chez {{Lang}}.

Kirby devient le « King »

Kirby sans Simon

Si Kirby et Simon s'entendent toujours très bien,chacun cherche cependant à travailler en solo. Kirby souhaite publier des comics strips alors que Simon est engagé par {{Lang}} comme éditeur. En attendant de trouver un diffuseur pour ses strips, Jack Kirby propose ses talents à Atlas, anciennement {{Lang}}. Là il travaille sur {{Lang}}, {{Lang}}, etc. Mais en 1957, Atlas connaît de graves problèmes de distribution et Kirby se retrouve sans emploi. Il trouve heureusement une aide de la part de Frank Giacoia qui l'engage comme dessinateur de son strip {{Lang}}.

Peu de temps après, Jack Kirby trouve du travail chez DC où il participe à de nombreux titres dont {{Lang}} et {{Lang}}. C'est dans ce dernier qu'il crée en février 1957, à partir d'un concept développé avec Joe Simon, {{Lang}} qui auront ensuite leur propre comic écrit et dessiné par Kirby. Entre-temps un projet de Kirby a été accepté par {{Lang}}. Il s'agit de {{Lang}}, un comic strip de science-fiction encré par Wally Wood qui sera publié de septembre 1958 à février 1961. Kirby avait refusé d'honorer l'accord de verser un pourcentage à Jack Schiff, un des responsables éditoriaux de DC, qui lui avait trouvé ce travail. Ce refus conduit à un jugement en défaveur de Kirby. Cela rend les rapports entre Kirby et DC tendus et finalement, le dessinateur quitte DC en 1959. Cette année-là il retrouvera Joe Simon pour deux projets édité par {{Lang}} : {{Lang}} et {{Lang}} ; surtout il revient chez Atlas pour y dessiner des romance comics ({{Lang}}), des westerns ({{Lang}} et {{Lang}}) et des histoires fantastiques ({{Lang}}). C'est durant cette période que naît Lisa, le quatrième enfant de Jack et Roz, le {{date}}.

Le retour des super-héros

1973]].

En 1961, DC Comics a depuis quelques années relancé les super-héros. Superman, Batman et Wonder Woman maintiennent leurs ventes et des super-héros abandonnés sont recréés comme Flash ou Green Lantern. L'« âge d'argent des comics » commence. Martin Goodman propose alors à son neveu, Stan Lee, de créer une série de super-héros en s'inspirant de la Ligue de justice d'Amérique. Stan Lee demande à Jack Kirby de participer à la création de ce comic et c'est ainsi que naît en août 1961 le comic {{Lang}} mettant en scène les aventures des Quatre Fantastiques. Ce comic se différencie de ceux que l'on trouve chez les autres éditeurs par l'importance accordée aux relations sentimentales ; les histoires ne s'arrêtent pas avec la neutralisation des super-vilains mais continuent en présentant leurs vies quotidiennes avec des problèmes d'argent, d'amour, de famille, etc. Ce côté soap opera voulu par Stan Lee est apprécié par les lecteurs et {{Lang}} connaît un très grand succès.

Cette réussite encourage Lee et Kirby à reprendre cette formule et à l'appliquer à de nouvelles séries. C'est ainsi que naissent Hulk en mai 1962, Thor en août 1962, Sgt. Fury and His Howling Commandos en mai 1963, Les X-Men et Les Vengeurs en septembre 1963. En mars 1964 Lee et Kirby font revenir {{Lang}}. Toutes ces séries sont lancées avec Jack Kirby au dessin, mais celui-ci laisse souvent par la suite ce travail à d'autres dessinateurs. Il restera sur {{Lang}}, et reviendra rapidement sur Thor et {{Lang}}. Toutes ses séries ne sont pas égales dans le parcours de Kirby. Dans certains cas, comme les premiers épisodes des X-Men, il se contente d'être le dessinateur et intervient peu sur l'histoire. Dans d'autres comics, comme les Quatre Fantastiques et Thor, il est à la fois dessinateur et scénariste. Stan Lee s'occupant d'insérer les dialogues sur les planches de Kirby.

Jack Kirby participe aussi à la création de {{Lang}}, en suggérant le nom du personnage et les pouvoirs basés sur l'araignée, et de {{Lang}}, mais pour ces héros ce sont deux autres artistes qui sont chargés du dessin dès le premier épisode, Steve Ditko et Don Heck. Stan Lee, qui donne des surnoms à tous ses collaborateurs pour créer un lien avec les lecteurs, surnomme dans un premier temps Jack Kirby {{Lang}} puis {{Lang}}. C'est ce titre qui lui restera. En 1970, bien que ses créations soient un succès, Jack Kirby, en désaccord avec la grande maison d'édition qu'est devenu Marvel, décide de la quitter pour DC Comics.

Kirby, seul maître de ses créations

DC Comics

Kirby est accueilli par Carmine Infantino, alors éditeur chez DC, qui lui laisse carte blanche pour créer les séries qu'il désire. La seule condition est de reprendre une série déjà existante. Jack Kirby n'apprécie pas beaucoup cette demande mais il l'accepte et finalement le choix se portera sur {{Lang}}. Le premier numéro réalisé par Kirby sera le {{n°}} qui sort en octobre 1970. Dès le {{n°}} de ce bimestriel, le deuxième écrit et dessiné par Kirby, apparaît le personnage de Darkseid. Cela annonce les trois créations de Kirby qui sont lancées en 1971 : {{Lang}} et {{Lang}} en février, {{Lang}} en mars. Malgré le grand investissement de Kirby, les ventes ne satisfont pas les éditeurs de DC. Par conséquent, {{Lang}} est enlevé à Kirby en avril 1972 au {{n°}} et en octobre 1972, après 11 numéros {{Lang}} et {{Lang}} sont arrêtés. Seul {{Lang}} sera poursuivi jusqu'au {{n°}} de février 1974.

Pour remplacer ces séries Kirby en propose deux nouvelles : {{Lang}} qui commence à paraître en août 1972 à un rythme mensuel et ce pendant 16 numéros jusqu'en janvier 1974 et {{Lang}} dont les 40 épisodes paraissent d'octobre 1972 à avril 1976. En septembre 1974 paraît OMAC qui connaît 8 épisodes jusqu'en novembre 1975. Il lance ensuite une nouvelle version de Sandman avec Joe Simon. Kirby lance d'autres essais de séries qui paraissent dans First Issue Special. Vers la fin de son contrat de cinq ans, il reprend la série de guerre The Losers dans le comics {{lang}} et effectue divers travaux de commande pour l'éditeur comme {{lang}} dont il dessine le troisième épisode sur un scénario de Dennis O'Neil.

Retour chez Marvel

En 1975, Kirby retourne chez Marvel où il reprend Captain America dont le premier numéro qu'il produit paraît en janvier 1976 et dont il réalisera les scénarios et les dessins jusqu'en décembre 1977. De juillet 1976 à janvier 1978, il raconte l'histoire des Éternels dans la série de comics {{Lang}} où l'on assiste à l'affrontement de cette race d'êtres quasi-divins et des Déviants, une autre race d'êtres qui tient aussi de cette forme de divinité ; la Terre est malheureusement le lieu choisi comme zone de combat. Après avoir adapté le film, il produit en décembre 1976 un comics librement inspiré de 2001, l'Odyssée de l'espace qui en avril 1978 donne naissance à {{Lang}}, série qui voit les mésaventures d'un robot humanoïde doté d'une conscience. Jack Kirby réalise aussi en janvier 1977 un comic book mettant en scène un personnage créé dans {{Lang}} {{n°}}52 de juillet 1966 : {{Lang}} (la Panthère noire). Enfin en avril 1978, il propose {{Lang}} qui durera jusqu'en décembre 1978 et qui conte les aventures aux temps préhistoriques d'un jeune anthropoïde chevauchant un tyrannosaure rouge dont il est l'ami. Enfin il retrouve une dernière fois Stan Lee en 1978 pour raconter la dernière aventure du Surfer d'Argent. Par ailleurs, il réalise aussi de nombreuses couvertures pour des comics auxquels il ne participe pas comme {{Lang}}. Cette collaboration avec Marvel, l'éditeur dont il avait été l'artisan du succès se termine définitivement en 1978 pour des raisons de reconnaissance de droit d'auteur. Il semble alors que Jack Kirby quitte définitivement le monde des comics et qu'il préfère se consacrer à l'animation.

Dernières années

1982]] à San Diego. Vivant depuis 1969 sur la côte Ouest des États-Unis où sont installés les principaux studios américains d'animation, Kirby se tourne pour quelques années vers le dessin animé. Il travaille tout d'abord avec la société Hanna-Barbera puis à partir de 1980 avec la société Ruby-Spears Productions sur plusieurs projets. Il est chargé de préparer le design de personnages et de décors pour le dessin animé {{Lang}} (en français Arok le barbare). Il crée aussi de nombreux concepts nouveaux qui ne seront pas repris par les studios mais qui devraient sortir des cartons pour une utilisation commerciale.

Le départ de Jack Kirby de DC puis de Marvel s'explique par un sentiment de manque de reconnaissance de la part de ses employeurs. Or les années 1980 marquent l'essor des éditeurs indépendants qui accordent un droit d'auteur complet aux artistes qui travaillent pour eux. Aussi, en 1981, l'éditeur Pacific Comics propose à Kirby de réaliser des comics dont il sera pleinement propriétaire ; le résultat est constitué de deux séries {{Lang}} qui est un space opera et {{Lang}} qui explore le génie génétique. Malheureusement, Pacific fait faillite et les deux séries sont interrompues. Jack Kirby prend alors sa retraite. En 1986, un conflit l'oppose à Marvel qui refuse de lui rendre ses originaux si Kirby n'appose pas sa signature sur un document par lequel il reconnaît Marvel comme seul propriétaire des droits sur les personnages qu'il avait cocréés. Un accord est trouvé mais les suites persistent jusqu'à maintenant puisque les héritiers de Kirby sont de nouveau en procès avec la firme Marvel.

En 1993, l'éditeur {{Lang}} publie des fonds de tiroir de Jack Kirby, dont certains datent de l'époque de Pacific Comics : {{Lang}}, {{Lang}}, {{Lang}} et {{Lang}}. Kirby ne fournit donc que le concept de base, les couvertures et quelques {{Lang}} pages pour ce projet, nommé le {{Lang}}. Il en va différemment pour {{Lang}} une série créée pour Image Comics qui comporte deux numéros entièrement dessinés par Kirby et encrés par une pléiade d'artistes distribués par Image (Jim Lee, Rob Liefeld, Todd McFarlane, Marc Silvestri, Erik Larsen, Jerry Ordway, etc.). Un numéro zéro et les épisodes 3 à 8 (qui sont crédités à Kirby et qui présentent à chaque fois un ou deux de ses dessins) sont publiés plus tard par l'éditeur {{Lang}} avec lequel devait travailler Kirby. Ce nouveau projet est interrompu par sa mort qui survient le 6 février 1994 dans sa propriété de Thousand Oaks en Californie, causée par une crise cardiaque.

couverture du document
1965
Serie
LivresDisponible (1)
couverture du document
VidéosNon disponible (1)
couverture du document
l'ère d'Ultron
VidéosNon disponible (1)
couverture du document
VidéosDisponible (1)
couverture du document
LivresDisponible (1)
couverture du document
20 récits complets par le roi des comics
LivresDisponible (1)
couverture du document
VidéosNon disponible (1)Nouveauté
couverture du document
VidéosDisponible (1)
couverture du document
1963-1964
Serie
Tome
10
LivresDisponible (1)
couverture du document
1966
Serie
LivresNon disponible (1)