Aller au contenu principal

Hong, Sangsoo (1960-....)

Biographie

Hong Sang-soo découvre le cinéma avec les films hollywoodiens à la télévision. En 1982, après avoir étudié la mise en scène à l'université de Chungang, à Séoul, il part étudier aux États-Unis au College of Arts and Crafts de Californie et à lArt Institute de Chicago{{,}}.

Il se marie en 1985.

De retour en Corée du Sud, il travaille comme réalisateur pour la télévision avant de se lancer au cinéma{{refsou}}.

Il tourne en 1996 son premier film, Le Jour où le cochon est tombé dans le puits qui connaît immédiatement un certain succès critique et public. Il reçoit ainsi des récompenses au Dragon Blue Coréen, au Festival de film de l'Asie pacifique, et aux festivals de Rotterdam et de Vancouver. Le film dépeint avec des performances improvisées et peu de dialogues, une relation amoureuse moderne.

Il réalise ensuite Le Pouvoir de la province de Kangwon un conte sur la désillusion. Il reçoit la mention spéciale à la section « Un Certain Regard » du Festival de Cannes{{quand}}.

En 2000, Hong Sang-soo revient avec le film au titre provocateur La Vierge mise à nu par ses prétendants. Celui-ci, tourné en noir et blanc suit un triangle amoureux vu par les trois personnages. Si le titre est emprunté à Marcel Duchamp, Hong Sang-soo dit ne pas être inspiré par l'artiste et n'avoir choisi le titre que parce qu'il correspond à l'histoire filmée.

Fort de sa réputation, Hong Sang-soo dispose de moyens plus confortables pour son quatrième opus, Turning Gate, coproduit par Marin Karmitz et interprété par trois stars locales{{Lesquelles}}. Dans cette comédie mélancolique, son plus important succès commercial, notamment auprès du public de Corée, le réalisateur affine son style tout en restant fidèle à sa thématique. Dans la continuité, les éléments caractéristiques de son cinéma se retrouvent dans La femme est l'avenir de l'homme, en compétition au Festival de Cannes{{quand}}.

Il sort en 2005 Conte de cinéma, lui aussi présenté à Cannes, ce qui conforte ainsi le statut du réalisateur sur le plan international.

Depuis 2008, il enseigne à l'université de Konkuk à Séoul où il anime un atelier consacré au scénario et un atelier consacré à la mise en scène. Auparavant, il a enseigné à l'université nationale des arts de Corée de 1995 à 2001.

En 2009, il présente Les femmes de mes amis, toujours à Cannes mais à la Quinzaine des réalisateurs : il aborde dans ce film la vidéo haute-définition{{refsou}}.

Avec Hahaha (2010), Hong Sang-soo retrouve un certain succès auprès du public coréen avec 56000 entrées.

Son film Matins calmes à Séoul est présenté dans la sélection « Un certain regard » au festival de Cannes 2011.

Il réalise Oki's Movie (2010) sans aucun financement et tourne en partie dans son bureau à l'université de Konkuk à Séoul.

Matins calmes à Séoul, sorti en 2012, fait 12500 entrées en France.

En 2012, son film In another country, avec l'actrice française Isabelle Huppert, est sélectionné en compétition officielle au festival de Cannes. Le film sort en France en octobre et aux États-Unis en novembre. Il rassemble 70000 spectateurs dans les salles françaises{{,}}.

En février 2013, il présente Nobody's daughter Haewon à la Berlinale.

couverture du document
VidéosDisponible (1)Nouveauté