Aller au contenu principal

Tardieu, Jean (1903-1995)

Biographie

Jean Tardieu naît dans une famille d'artistes et sa jeunesse se déroule entre musique et peinture. Il est le fils de Victor Tardieu, peintre de talent qui peignait des toiles de grand format, et fonda l'école des Beaux-arts du Tonkin, lui-même fils d'un dessinateur parisien sur soieries établi à Lyon ; sa mère, Caroline Luigini, née dans une famille de musiciens, était professeur de harpe. La famille réside en hiver à Paris, rue Chaptal, et l'été, dans la propriété d'Orliénas. L'influence de la musique, que Jean Tardieu pratique avec aisance, va s'exercer sur son œuvre en lui révélant un au-delà du sensible que seuls les artistes ont le pouvoir de dévoiler. Plusieurs de ses œuvres poétiques ont d'ailleurs été mises en musique par les plus grands compositeurs, Henri Cliquet-Pleyel, Marius Constant, Henri Sauguet, et Pierre-Max Dubois, entre autres.

Enfant insouciant et heureux, il fait ses études au lycée Condorcet, où il est le condisciple d'Albert-Marie Schmidt et où il rencontre aussi Lanza del Vasto. En 1920-1921, il est en classe de philosophie, discipline qui fait brusquement accéder l'adolescent aux « grandes questions ». À quelques mois du baccalauréat, il connaît, devant l'image que lui renvoie le miroir, l'expérience tragique de la distance entre le moi et cette image du soi : {{Citation bloc}} Cette crise qu'il qualifiera de « névrotique » (en fait, {{refnec}} expliquant peut-être cette « ligne de fracture » parcourant une longue partie de son œuvre) entraîne une grave dépression qui l'oblige à interrompre ses études, et lui fait connaître à partir de là une angoisse métaphysique et existentielle : la conscience du poète s'est ainsi éveillée à l'énigme d'exister, au mystère de l'Être. Dès lors, il ne cessera d'interroger cette part d'ombre, à la fois inquiétante et fertile : {{Citation}}, écrit-il dans Obscurité du Jour en 1954. Durant les vacances scolaires, Jean Tardieu séjourne près de Bellegarde où habite un oncle ; il garde dans sa poésie l'image symbolique des pertes des deux fleuves, le Rhône et la Valserine, qui coulent dans cette région : {{Citation bloc}} En 1923, alors qu'il prépare une licence en droit, il participe aux Entretiens d'été organisés à Pontigny par Paul Desjardins à qui l'a présenté son camarade et ami Jacques Heurgon ; il découvre alors la poésie de Paul Valéry et celle de Friedrich Hölderlin, dont il traduit Archipelagus en 1931. Ses premiers textes sont publiés en septembre 1927 dans La Nouvelle Revue française.

Jean Tardieu a travaillé aux Musées Nationaux, puis chez Hachette et, après la guerre, à la Radiodiffusion française. Il a été le traducteur de Goethe et de Hölderlin, il a reçu le Grand Prix de littérature de la Société des Gens de Lettres en 1986, après le grand prix de poésie de l'Académie française en 1972.

Il habitait Gerberoy dans les années 1980 à 1995. Il est mort à l'âge de 92 ans. Son épouse est décédée en 1998.

couverture du document
LivresDisponible (1)
couverture du document
poèmes
LivresDisponible (1)
couverture du document
LivresDisponible (1)
couverture du document
un poète
LivresDisponible (1)