Coups de coeur Adulte
..............................................................................................................

 

 Je te protégerai  
 Peter May 
La Rouergue- 2018


C’est l'Ecosse dans toute sa splendeur et plus particulièrement l’Ile de Lewis,  qui sert d'écrin à ce nouveau roman de Peter May. .
Les descriptions des landes de tourbières, des  ciels tourmentés, des côtes déchirées et de la  mer changeante, l’évocation des couleurs, des odeurs, des textures sont si précises qu’on croit presque les voir. Etonnant dans un thriller mais ajoutant beaucoup de poésie au récit.
Terrorisme, mode et horizon sauvages donc, en sont les trois éléments essentiels.
Après un attentat qui a coûté la vie à son mari, Niamh, qui dirige une entreprise de tissage de tweed, revient dans leur maison perchée sur une côte sauvage battue par les vents dans un coin reculé de l’Ile de Lewis. Une policière française se rend dans l’archipel pour découvrir la vérité.
L'histoire se révèle passionnante avec des coupables potentiels nombreux... Et une fin surprenante.
En refermant, on se dit qu’un polar peut  être, aussi , un joli moment de voyage et de découverte de l’archipel des Hébrides.

 

 Le lambeau  
 Philippe Lançon 
Gallimard - 2018


Philippe lançon est un des survivants de  la tuerie de Charlie Hebdo. Il assistait ce matin-là à la conférence de rédaction lorsque les terroristes sont entrés et ont perpétré le carnage que l’on sait. Les balles lui ont arraché la bouche et le menton et l’ont aussi gravement blessé aux bras.
C’est en observateur parfois détaché mais néanmoins hypersensible qu’il raconte l’avant et l’après 7 janvier avec la volonté farouche  de se protéger du monde du dehors et de rester, sans télévision ni radio, confiné dans sa(ses) chambre(s) d’hôpital où il passera 9 longs mois, sous la garde bienveillante de sa chirurgienne et des aides-soignantes mais aussi de la police.
9 longs mois pendant lesquels il subira 17 opérations pour reconstituer son visage. Greffes délicates d’os et de peau (le lambeau), souffrances, angoisses ponctuent cette période hors du monde. Pour survivre, faire son deuil de sa vie d’avant, de ses amis, se reconstruire, Seule la compagnie de Proust, Bach et Kafka ainsi que de sa chirurgienne le réconforte
Plus qu’un témoignage,  un récit magnifique, bouleversant. Une parenthèse dans une vie qui aurait pu être brisée et qui se reconstruit autour de la musique et de la littérature. La culture contre la barbarie.

 

 Ecoute la ville tomber  
 Kate Tempest 
Rivages- 2018


Poète et performeuse, Kate Tempest livre avec Ecoute la ville tomber son premier roman. Observatrice du Londres contemporain et notamment de la jeunesse qui y fraie, l’écrivaine écrit le récit de vie de trois jeunes, perdus dans leurs vies. Pour s’en sortir, ils doivent croire en leurs rêves, les construire et les poursuivre. Une œuvre entre mélancolie et espoir donc et un magnifique portrait de Londres en filigrane.

 

 Le Camp des autres  
 Thomas Vinau 
Alma- 2017


Le Camp des autres commence avec une course, une fuite en avant d’un enfant qui fuit les coups de son tuteur mais très vite, Thomas Vinau le fait rencontrer la « Caravane à Pépére ». Inspiré de faits réels, l’écrivain livre une véritable épopée, entre révolte et découvertes, à travers la France du début du XXe siècle. A travers les yeux de Gaspard, jeune héros de ce récit, se livre une langue simple, naturelle qui conte le quotidien des exclus, des marginaux et des migrants. Ponctué de perles poétiques, ce texte entraine le lecteur sur les routes avec bonheur !

 

 Skeleton road  
 Val McDermid 
Flammarion- 2018


Des ouvriers découvrent dans le centre historique d’Édimbourg les restes d’un cadavre au sommet d’un immeuble abandonné.

C’est à l’inspectrice Karen Pirie, responsable des affaires non classées qu’est confiée le dossier.  l’énigme. La victime est un général croate, assassiné 8 ans auparavant. Bientôt, elle va devoir s’enfoncer plus loin qu’elle ne l’aurait cru dans l’histoire tragique des Balkans, là où couve encore la violence de crimes de guerre inavoués.

Val McDermid écrit là un roman policier plein d’humanité où la vérité n’est pas toujours aussi simple qu’on pourrait le croire.

 

 La Femme à la fenêtre  
 A.J. Finn 
Presses de la cité- 2018


Pédopsychiatre de renom, Anna a cessé d'exercer depuis un an suite à un événement dramatique qui a ravagé son existence. Depuis, cette dernière vit comme un zombie. Retranchée derrière ses fenêtres, elle passe la plupart de son temps dans l'obscurité, épiant ses voisins à l'aide de ses jumelles. Devenue agoraphobe, elle boit beaucoup et consomme de nombreux médicaments.  Elle communique peu avec l’extérieur, principalement par internet et les réseaux sociaux.

Une nuit, elle assiste à un meurtre dans la maison d’en face. Mais l’esprit embrumé par les médicaments et l’alccol, son témoignage paraît peu crédible aux yeux de la police.

Tout comme dans « Fenêtre sur cour » où le héros ne peut se déplacer, Anna peine à découvrir ce qui est réellement arrivé….

Un bon roman au suspense très bien mené.

 

Pactum salis 
 Olivier Bourdeaut 
Finitude- 2018


Très improbable, cette amitié entre un paludier misanthrope, ex-Parisien installé près de Guérande, et un agent immobilier ambitieux, prêt à tout pour « réussir ». Le premier mène une vie quasi monacale, déconnecté avec bonheur de toute technologie, tandis que le second gare avec fierté sa Porsche devant les boîtes de nuit.

Olivier Bourdeaut propose ici un deuxième roman très différent, à l’opposé  d’ « En attendant Bojangles ».  L’écriture, le rythme sont plus classiques. Il y a du suspense, de belles descriptions des marais salants guérandais.. Et  surtout, la fantaisie n’est jamais bien loin.

Un deuxième roman réussi.

 

Entre deux mondes 
 Olivier Norek 
M. Lafon- 2017

 

Fuyant un régime sanguinaire et un pays en guerre, Adam a envoyé sa femme Nora et sa fille Maya à six mille kilomètres de là, dans un endroit où elles devraient l'attendre en sécurité. Il les rejoindra bientôt, et ils organiseront leur avenir.
Mais lorsqu’il réussit à franchir tous les obstacles pour les retrouver, elles ne sont pas là. Il   découvre alors un monde entre deux mondes. A Calais.
Parce qu’il est flic, il va aider Bastien, jeune policier français idéaliste à résoudre les morts inexpliquées qui se multiplient dans ce camp pour réfugiés.
Violent, cruel, sans complaisance avec quiconque, ce roman montre une réalité dérangeante. Il impose de réfléchir et de  remettre en question les certitudes de notre confort au quotidien.

 

Tension extrême 
 Sylvain Forge 
Fayard- 2017

 

Un excellent cru pour ce Prix du Quai des Orfèvres 2018. 
L'intrigue, bien menée,  plonge  le lecteur dans un monde où le moindre objet connecté peut devenir une arme mortelle : des pacemakers disjonctent, un virus informatique se répand plus vite que la grippe au sein de la PJ de Nantes obligée de ressortir ses vieilles machines à écrire et ses vieilles radios…
L'auteur, qui vit à Nantes et travaille dans la cyber-sécurité en entreprise, a été récompensé pour son "roman captivant construit autour d'une intrigue futuriste" et "en parfaite adéquation avec les nouveaux locaux" de la PJ, a salué le directeur de la PJ parisienne, Christian Sainte.

 

 

Le tout dernier été 
 Anne Bert 
Fayard- 2017

 

Atteinte de sclérose latérale amyotrophique, l’auteure raconte la progression de la maladie dont l’issue est fatale, son choix de mourir dans la dignité, mais aussi de célébrer la vie dans ce tout dernier été.
Sans jamais tomber dans le larmoyant, Anne Bert nous parle avec beaucoup de sérénité et de pudeur de ce qui a compté dans sa vie, de ses choix et de ses convictions. Et ce sont ces convictions qui l’ont amenée à prendre la décision d’aller en Belgique, là où il est possible de mourir dans la dignité.
Un livre bouleversant.

 

 

Le livre que je ne voulais pas écrire 
Erwan Larher 
Quidam Editeur - 2017

 

Erwan Lahrer est romancier. Il invente des histoires. Des intrigues. Des personnages. Et, même une langue. Pour dire et questionner le monde, l’humain. ... C’est donc en romancier qu’il raconte son Bataclan. Il y était cette fameuse nuit du 13 novembre 2015 où tout a basculé pour des centaines de personnes. Avec la distanciation de la 2e personne du singulier, il raconte sa blessure, son attente d’une délivrance dans une mare de sang, le sien et celui des autres victimes, les hurlements des blessés, les détonations d’armes de guerre et cette main qui enserre sa cheville… Il raconte aussi l’angoisse de ses proches, ses amis, sa famille. C’est aussi un récit à plusieurs voix, la sienne bien sûr, prépondérante mais aussi celle d’amis proches, de sa compagne, de son père et même celles des deux terroristes qu’il a baptisé Efrit et Iblis. Même s’il prétend ne pas être particulièrement traumatisé, ce récit est néanmoins, la plus belle des thérapies. Avec un réel talent narratif, dans un texte jamais larmoyant, toujours tourné vers la légèreté et avec beaucoup de sensibilité, dans cet hymne à la vie, il exorcise cette nuit du 13 novembre 2015.

Gazoline Tango 
Franck Pavloff 
Castor Astral- 2017

 

Benjamin, enfant non désiré d’une mère batteuse dans un groupe punk et né hyperacousique nous emmène à la rencontre de la cité des peintres, dans une banlieue parisienne. Roman jubilatoire et délirant, Gazoline Tango est une comédie enchantée pleine de tendresse et de poésie. Une critique humoristique et délicate de la vie de banlieue, entre attentes et échecs. Un roman original et touchant dans cette rentrée littéraire !

 

L'homme à la carrure d'ours 
Franck Pavloff 
Albin Michel- 2012

 

Après Matin Brun, Franck Pavloff propose avec L’homme à la carrure d’ours une plongée dans une Sibérie imaginaire, au cœur d’une zone d’enfouissement de déchets nucléaires. Tout en suggestions, l’auteur conte le quotidien de ces hommes et femmes bloquées sur ce bout de terre isolée et hostile. Deux personnages sortent du lot, le vieux Kolya et la jeune Lyouba. A l’écoute de la nature sauvage du Grand Nord, ils savent trouver les ressources pour s’échapper du piège des autorités. Un roman qui oscille entre les ruines du monde industriel et la beauté de la nature sauvage !

 

La salle de bal 
Anna Hope 
Gallimard - Du monde entier, 2017

 

En 1911, Ella Fay est interné à l’asile de Sharston, après avoir brisé la vitre de la filature dans laquelle elle travaillait depuis 12 ans. Révoltée puis résignée, elle assiste tous les vendredis au bal donné dans la grande salle de l’asile. Sous l’œil observateur du docteur Fuller, médecin à la personnalité trouble, c’est le seul moment où se trouvent réunis hommes et femmes. Ella tombe amoureuse d’un autre pensionnaire John. Grâce à une écriture subtile, l’auteure offre un roman émouvant dans un cadre historique très documenté, avec des personnages simples qui font face à leur destin avec courage et une grande sensibilité, sur fond d’eugénisme.

 

La chambre des époux 
Eric Reinhardt  
Gallimard - Blanche, 2017

 

Curieux ouvrage dans lequel le romancier se met en scène ou presque. En effet, le romancier revient sur une période de sa vie quand un cancer du sein est diagnostiqué pour sa femme. Clle-ci lui impose de finir le roman qu’il est alors en train d’écrire « Cendrillon » pendant qu’elle-même se bat contre la maladie Dans le roman, le héros est compositeur et doit terminer une symphonie. L’une vainc la maladie, lui termine sa symphonie. Mais une autre femme atteinte d’un cancer du sein touche l’écrivain… Roman subtil et complexe, cela parle de moments douloureux, de la maladie, de la mort mais bien plus encore de la vie ; parce que cela parle de la beauté de la vie et de ce tout ce qu'elle nous offre de beau mais aussi, parce que cela parle de corps, abimés, usés par la maladie, mais aussi d'amour entre un homme et une femme.

 

J'irai mourir sur vos terres 
Lori Roy  
JC Lattès- Grands formats, 2015 et 2016

 

Ce roman possède une grande force narrative. Il est à la fois addictif dans le style, passionnant dans l'intrigue, émouvant dans l'ensemble. Au travers du regard d’Annie, nous découvrons découvrir l'histoire d'une famille déchirée par une histoire remontant à vingt ans. L'auteur alterne les époques (1930 et 1950) pour dévoiler progressivement la vérité qui se cache derrière la légende de Juna, la tante. Les destins de plusieurs personnages se trouvent liés par un terrible secret qui pèse sur les jeunes générations. Un roman psychologique complexe ou se mélangent atmosphère angoissante digne d'un thriller et émotions puissantes propres aux grandes épopées américaines.

 

 Pukhtu - Primo et Secundo 
DOA  
Gallimard - Série Noire, 2015 et 2016

 

Diptyque dense, Pukhtu plonge à travers deux tomes de 650 pages chacun dans la guerre en Afghanistan contre les talibans. Mais pas seulement ! DOA parvient avec justesse à tisser une intrigue planétaire autour de ce conflit sans fin. Mêlant trafics de drogue, d’argent, militaires privés et journalisme, l’auteur construit adroitement les relations entre une kyrielle de personnages. Donnant la voix à tour de rôle à plusieurs protagonistes, Pukhtu regarde le conflit et l’intervention occidentale en Afghanistan à travers les yeux d’un pachtoune, d’un militaire privé, de plusieurs journalistes, de spécialistes français de l’espionnage, etc. Un thriller documenté et percutant !

 

 Les jumelles d'Arrowood 
Laura McHug   
Calmann-Levy, 2017

Les filles de Roanoke 
Amy Engel  
Autrement, 2017

Deux romans différents mais des histoires presque semblables. Retourner dans sa maison d'enfance peut s'avérer très risqué... Arrowood est le nom de la plus imposante demeure historique qui borde le Mississippi, dans le sud de l'Iowa. Un mystère la hante : dix-sept ans auparavant, les petites soeurs jumelles d'Arden, alors sous sa surveillance, ont disparu. La famille éclate et quitte l'immense bâtisse qu'occupaient jusque-là des générations ininterrompues. À la mort de son père, Arden décide de retourner à Arrowood pour découvrir ce qui est arrivé à ses sœurs, ce fatidique été. Son retour suscite vite la curiosité et ravive les souvenirs que certains préféreraient oublier. Dans une petite ville du Kansas, tout le monde envie les filles Roanoke. Elles sont belles, jeunes et riches. Elles vivent avec leurs grands-parents dans le domaine familial, au milieu des champs de blé. Leur vie semble douce. Mais il y a quelque chose de pourri au royaume des Roanoke. Camilla, Penelope, Eleanor, toutes les filles de la lignée ont connu des fins tragiques. Quand sa cousine Allegra disparaît à son tour, Lane qui a quitté depuis longtemps la maison familiale se lance à sa recherche. Ces deux romans présentent une même peinture de petites villes américaines où tout le monde se connaît, où les non-dits restent enfouis pour préserver l’apparence d’une existence simple et paisible. Mais une atmosphère étouffante se dégage de ces deux histoires au dénouement tragique. Les secrets de famille sont souvent destructeurs et ces deux romans en sont de parfaits exemples.

 

 La ferme du bout du monde 
 Sarah Vaughan   
Préludes, 2017

 

En 1939, Will et Alice trouvent refuge auprès de Maggie, la fille d'une ferme isolée et battue par les vents en Cornouailles. Ils vivent une enfance protégée des ravages de la guerre, jusqu'à l'été 1943, qui bouleverse leur destin. A l'été 2014, la jeune Lucy, trompée par son mari, rejoint la ferme de sa grand-mère Maggie, mais rien ne l'a préparée à ce qu'elle y découvre. 
Un roman sympathique, plein de bons sentiments, joliment écrit. Parfait pour l’été.

 

 Un ange brûle 
 Tawni O'Dell   
Belfond, 2017

 

Dove Carnahan dirige le poste de police de Camptbell’Run, une petite ville de Pennsylvanie, en partie détruite par des feux de mine. Elle y découvre un jour le corps calciné d’une adolescente. Celle-ci est issue d’une famille où l’alcool, l’oisiveté, les bagarres et l’alcool constitue l’ordinaire. Cette histoire sordide  ramène Dove à sa propre enfance, difficile et conclue par l’assassinat de sa mère.
Avec réalisme, tendresse et humour aussi parfois, sans misérabilisme, Tawni O’Dell dresse une image implacable de certaines petites villes américaines. Un beau roman, servi par une écriture sobre, où l’intrigue policière compte moins que la psychologie des personnages.

 

 L'enfant qui 
 Jeanne Benameur   
Actes Sud, 2017

 

Dans l'absence laissée par la disparition inexpliquée de sa mère, un enfant, son père et sa grand-mère partent chacun à la reconquête de leur place et de leur présence au monde.
Court récit entre poème, conte, roman. On ne sait. Un beau texte assurément dont Jeanne Benameur a le secret.

 

 

 Les couleurs de la vie
  Lorraine Fouchet   

H. d'Ormesson, 2017

 

Quand Kim, jeune Groisillonne fraîchement débarquée de sa Bretagne natale à Antibes, est embauchée comme dame de compagnie par Côme, elle est touchée par le dévouement de ce fils pour sa mre Gilonne. D'autant que cette mondaine, ancienne actrice au caractère bien trempé, n'est pas toujours facile à vivre...

Le roman de littérature aoptimiste comme on les aime... Une intrigue simple, des personnages attachants, généreux et une fin heureuse !

 

 

 Les filles au lion
  Jessie Burton   

Gallimard, 2017

 

En 1967, cela fait déjà quelques années qu'Odelle, originaire des Caraïbes, vit à Londres. Elle travaille dans un magasin de chaussures mais elle s'y ennuie et rêve de devenir écrivain. Et voilà que sa candidature à un poste de dactylo dans une galerie d'art est acceptée. Sa rencontre avec un jeune homme et leur recherche sur un tableau qu'il possède vont changer sa vie. A jamais...

Miniaturiste plongeait le lecteur dans la morale rigoriste du XVIIème siècle flamand. Les filles au lion explorent deux époques : Londres en 1967 et l'Espagne en 1936. Deux intrigues se succèdent d'abord puis se croisent et s'éclairent enfin l'une l'autre.

Jessie Burton fait monter avec talent une tension dramatique au fil de ces allers et retours entre les deux périodes. Dans son histoire se mêlent les prémices de la guerre d'Espagne, les relents des nationalismes qui vont bientôt mettre l'Europe à feu et à sang, et un triangle amouruex aux passions exacerbées par le contexte. A lire absolument !

 

 La maison de poupée 
  M. J. Arlidge   

Les escales, 2017

 

Une jeune femme se réveille dans une cave froide et sombre. Elle est seule et n'a pas la moindre idée de la façon dont elle s'est retrouvée là, ni de l'identité de son ravisseur. Et elle ignore encore que le cauchemar ne fait que commencer...

On retrouve pour la troisième fois la détective Helen Grace. Elle doit mener une enquête tout en faisant face aux coups bas de ses collègues et à ses problèmes personnels.

Une bonne intrigue. Un bon roman policier.

 

 L'homme est un Dieu en ruine 
  Kate Atkinson 

JC Lattès, 2017

 

Comme dans son  précédent roman, Kate Atkinson joue avec le temps, jusqu’à en remettre en question la réalité.
    
Dans « Une vie pour une autre », elle explorait les 1001 vies d'Ursula, la sœur de Teddy,  héros de ce deuxième opus. Ici, elle mélange habilement les genres entre roman de guerre et chronique familiale. Kate Atkinson nous balade entre plusieurs époques, on passe de 1925 à 2012 puis retour en 1947, sans jamais nous perdre.

Teddy, lui n’aura qu’une vie, deux peut-être. Dans la première, il est pilote de chasse dans la RAF. Profondément marqué par cette période, il emploiera la deuxième partie de cette vie à corriger ce tourment.

C’est un roman complet,  historique, psychologique, philosophique, avec cette pointe d’humour  si anglais. 
C’est semble-t-il un diptyque. Dommage tant nous étions attachés  à ces personnages si humains. Superbe.

 

 Le dimanche des mères 
  Graham Swift

Partager "mars_2015" sur facebookPartager "mars_2015" sur twitterLien permanent
RetourHaut