Contacts

        Médiathèque
        Square des droits de l'Homme
        85270 Saint Hilaire de Riez
        02 51 59 94 55

 
Partager "Coordonnées" sur facebookPartager "Coordonnées" sur twitterLien permanent

 

Coups de coeur BD


La princesse des glaces
Léonie Bischoff & Olivier Bocquet
Casterman, 2014

Erica Falck, trentenaire installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise où elle écrit des biographies, découvre le cadavre aux poignets tailladés d’une amie d’enfance dans une baignoire d’eau gelée. Impliquée malgré elle dans l’enquête, Erica est vite convaincue qu’il ne s’agit pas d’un suicide. Sur ce point l’inspecteur Patrik Hedström, amoureux transi, la rejoint. Stimulée par cette flamme naissante, Erica se lance à la conquête de la vérité et met au jour, dans la petite société provinciale qu’elle croyait bien connaître, des secrets détestables...

Cette adaptation du roman de Camilla Läckberg, publié en 2008, est une vraie réussite.  Les personnages dessinés par Léonie Bischoff sonnent vrais, comme le jeu amoureux entre Erika et son inspecteur, plein de fraîcheur. Olivier Boque t a su économiser les dialogues et donner de l’air au récit, très dense dans le roman. Un bon petit polar en BD assez captivant.

 


Moderne Olympia
Catherine Meurisse
Futuropolis, 2014

Olympia se morfond dans sa toile et rêve de reprendre le personnage prestigieux de Juliette et qui sait, de détrôner le plus gros cachet sur pattes qui truste toutes les productions : ce boudin de Vénus. Hélas, elle demeure cantonnée à des castings loupés, de la figuration, lorsqu'elle ne se fait pas tout bonnement éjecter du tableau ou railler pour avoir posé pour l'Origine du Monde. "Il faut coucher", lui conseillent les filles du Moulin Rouge et les petits rats de l'Opéra, mais la belle nudiste ne peut s'y résoudre. Puis, un jour, lors du tournage de La chute de Rome n'aura pas lieu, alors qu'elle joue derrière une colonne dorique, elle est frappée d'un coup de foudre éthylique pour un bel éphèbe. Et c'est le scandale : un Officiel avec une Refusée ? Vénus ne saurait laisser passer cela.

Bizarre est le premier mot qui vient à l'esprit lorsqu'on commence à lire cette bande dessinée. Qu'est-ce que c'est que ce petit bout de femme qui se balade partout à poil, uniquement vêtue de son ruban autour du cou ? Et puis cette trame de fond autour du jeu de mot sur le concept de "toile", mêlant peinture et cinéma ? En partenariat avec le Musée d'Orsay consacré au XIXe siècle, Catherine Meurisse rejoue le duel entre le salon des Officiels et celui des Refusés dans une tourbillonnante mésaventure qui mêle humour, absurde et références pointues à l'histoire de l'Art. Dynamisée par un trait orienté presse féminine, sa mise en scène balaye les chefs-d’œuvre les plus connus et dépoussière les compositions qui ne sont plus au goût du jour.

Ce one-shot déjanté aux anecdotes piquantes et à la délicatesse du second degré s'apprécie sans doute mieux avec quelques notions de culture artistique : à prendre avec soi lors d'une visite à Orsay, mais attention à ne pas déranger l'assistance avec de brusques bouffées de rire.

(Olympia, tableau réalisé par Édouard Manet en 1863 et conservé au musée d'Orsay était initialement prévu pour le Salon des Refusés qui rassemblait alors les peintres "refusé" par l'Académie, gardienne du bon goût de l'époque.)

Critique publiée sur bdgest

 

Partager "Tous_les_coups_de_coeur_août" sur facebookPartager "Tous_les_coups_de_coeur_août" sur twitterLien permanent
Retour Haut