Contacts

        Médiathèque
        Square des droits de l'Homme
        85270 Saint Hilaire de Riez
        02 51 59 94 55

 
Partager "Coordonnées" sur facebookPartager "Coordonnées" sur twitterLien permanent

 

Coups de coeur Adulte


Septembre 2014

Réparer les vivants
Maylis de Kerangal
Verticales, 2014

Maylis de Kerangal, nous la connaissons bien. Depuis « Corniche Kennedy », sélectionné pour le Prix Inter CE 2009, elle fait preuve d’une originalité dans le ton et dans la forme qui avait déjà  impressionné les lecteurs à l’époque.

Ici encore, un sujet traité avec beaucoup de force et de délicatesse : la transplantation cardiaque et le don d’organes.

Un jeune surfeur arrive aux urgences en état de mort cérébral. Une femme, à bout de souffle et de vie, attend un cœur. Les parents acceptent le don d’organes.
Le roman, alors, alterne  les temps de pause où l’on voit vivre les personnages – l’urgentiste et son canari, l’anesthésiste et les plantes psychotropes ou encore la petite amie du jeune homme, ignorante du drame qui construit un module en carton – et les accélérations des processus médicaux car c’est une course contre la montre qui se joue là.

Aucun pathos mais une vraie empathie se dégage de ces pages. L’auteure avoue avoir vécu une série de deuils rapprochés qui certainement ont contribué à donner au roman cette atmosphère si intense. On retrouve également ce mouvement entre l’intérieur et l’extérieur omniprésent dans tous ses ouvrages. Les personnages expriment ce qu’ils sont par ce qu’ils montrent. Maylis de Kerangal aussi et c’est très beau.

Catherine

 


La petite communiste qui ne souriait jamais
Lola Lafon
Actes sud, 2014

La petite communiste, c'est Nadia Comaneci, la gymnaste roumaine qui a révolutionné son sport en 1976 aux Jeux Olympiques de Montréal. Elle obtient pour la première fois de l'histoire de la gymnastique la note parfaite, 10, c'est un tel séisme, que le panneau d'affichage, pas programmé pour cela, indique 1.00. Elle finit les jeux avec 7 dix, trois médailles d'or, une d'argent, une de bronze.

Lola Lafon a passé une partie de son enfance en Roumanie. Elle romance ce mythe, qui dépasse largement le sport, pour en faire un très beau livre. Elle nous explique pourquoi, quand on revoit ces images 38 ans après, on est toujours fascinés, par la beauté inqualifiable de ce corps en mouvement, un corps qui n'est plus en enfance, pas encore celui d'une femme, ce que Comaneci paiera plus tard, et là débute en fait le travail de Lola Lafon. […]

 

Dans le roman, très documenté, il y a, malgré ce poids énorme, la dureté des entrainements, un être libre avec a une force incroyable. Comaneci fuira la Roumanie avant la chu te du régime en 1989, ce qui nous fascine avec Lola Lafon c'est que le mystère perdure.

Source : France Info

Partager "Tous_les_coups_de_coeur_avril" sur facebookPartager "Tous_les_coups_de_coeur_avril" sur twitterLien permanent
Retour Haut